Madama Butterfly

Argument


Acte I

 

À Nagasaki, en 1904, Goro, entremetteur, fait visiter à B. F. Pinkerton, officier américain de passage, la maison que ce dernier vient d’acheter. Il lui présente ses serviteurs dont Suzuki, la servante de sa jeune fiancée, Cio-Cio-San dite « Madame Butterfly ».

Puis arrive le consul américain Sharpless. Pinkerton lui explique que les contrats de location, ici, sont très précaires. On signe pour 999 ans mais on peut se dédire chaque mois ! C’est pareil pour les contrats de mariage (air « Dovunque al mondo, lo yankee vagabondo »).

Sharpless le met en garde et l’avertit de la candeur et de la sincérité de Butterfly. Pinkerton prend ce mariage comme un passe-temps et lui explique qu’il se mariera plus tard avec une « vraie épouse américaine » (« una vera sposa americana »).

Arrivée de Butterfly en tête d’un magnifique cortège avec ses amies et ses parents (air « Ecco ! Son giunte »). Elle chante son bonheur. Pinkerton est sous le charme mais prend le mariage au second degré (Che burletta ) malgré les avertissements répétés de Sharpless.

Ils entrent dans la maison. Elle lui montre quelques petits objets qu’elle a emportés, le poignard avec lequel son père s’est suicidé et les Ottokés, statuettes symbolisant les âmes de ses ancêtres. Elle lui avoue s’être convertie au « Dieu des Américains » par amour pour lui.

Le commissaire impérial célèbre la cérémonie de mariage. Tout le monde trinque (Chanson de l'oncle Yakusidè supprimée dans la seconde version) et se réjouit quand soudain, apparition quasi-surnaturelle, l’oncle bonze surgit ! Il maudit Butterfly qui a renié sa famille et ses ancêtres. Moment d’une grande intensité dramatique, Pinkerton défend Butterfly et chasse le bonze.

Restés seuls, il la réconforte. Le premier acte s’achève sur un très beau duo d’amour (« Viene la sera »3). Elle se sent « seule … et reniée, reniée… et heureuse » (« Sola e rinnegata ! rinnegata e felice ! »). Comme le papillon, elle est épinglée pour la vie !

 

Acte II

 

Trois ans se sont écoulés depuis le départ de Pinkerton, mais Butterfly l’attend toujours. Entre-temps, sa situation financière s’est dégradée. Suzuki prie pour que Butterfly cesse de pleurer, mais sans grand espoir (« On n’a jamais vu un mari étranger revenir au nid »), tandis que Butterfly prie le « dieu américain ». Elle espère le retour de Pinkerton à la « saison où les rouges-gorges font leur nid » comme il lui avait promis (aria de Butterfly « Un bel dì vedremo…»).

Goro et Sharpless rendent visite à Butterfly. Goro lui présente de riches prétendants, dont le prince Yamadori. Mais elle les éconduit tous car elle se considère encore comme mariée.

Sharpless commence à lui lire une lettre de Pinkerton dans laquelle celui-ci annonce à Butterfly que leur histoire est terminée, mais le consul n’ose achever sa lecture. Bouleversée, Butterfly promet qu’elle se tuera si Pinkerton ne revient pas. Puis, elle présente son enfant à Sharpless, dont ce dernier ignorait l’existence (« Che tua madre dovrà ») et assure au consul qu'elle préférerait mourir plutôt que redevenir geisha. Profondément ému, Sharpless se retire, promettant de prévenir Pinkerton. Pendant ce temps, Goro rôde autour de la maison, répandant le bruit que l’enfant n’a pas de père.

Coup de canon ! Le navire « Abraham Lincoln » de Pinkerton entre au port et Butterfly le scrute avec sa longue-vue. Persuadées que le moment du retour est enfin arrivé, les deux femmes décorent la maison avec toutes les fleurs du jardin et Butterfly s’habille comme au premier jour pour accueillir Pinkerton.

 

Acte III

 

Butterfly veille toute la nuit avec son enfant et, au petit matin, s’endort, épuisée.

Pinkerton et Sharpless arrivent alors avec Kate, la nouvelle épouse américaine de Pinkerton. Il demande à Suzuki de lui confier l’enfant pour assurer son avenir (trio Pinkerton-Suzuki-Sharpless). Sharpless reformule à Pinkerton ses reproches (« Ve dissi »5). Pinkerton éprouve un remords sincère (air « addio, fiorito asil »6), mais s'enfuit lâchement.

Kate demande l’enfant à Suzuki et promet d’en prendre soin. Butterfly se réveille, aperçoit Kate et comprend la vérité. Désespérée, elle consent à donner son fils à Pinkerton à condition qu’il vienne lui-même le chercher.

Alors que Pinkerton revient, Butterfly se donne la mort par jigai, avec le sabre de son père sur lequel sont gravés ces mots : « Celui qui ne peut vivre dans l’honneur meurt avec honneur ».

Programme et distribution

Acheter des billets
Février 2020 Next
Lu
Ma
Me
Je
Ve
Sa
Di
Galerie de photos

Opéra d'État de Vienne

Transport public

Les lignes de métro : U1 , U2 , U4
Tramways : 1 , 2 , D , J , 62 , 65
Bus : 59A
Chemin de fer locale : Badner Bahn
Arrête : Karlsplatz / Opéra

Les stations de taxis sont disponibles à proximité.


Parking

Le stationnement est seulement € 6, - pendant huit heures !
Le Wiener Staatsoper et la ÖPARK Kärntner Ring Garage sur Mahlerstraße 8 , sous la rubrique « Ringstraßengalerien " , offrent les patrons de l'Opéra d'État de Vienne , une nouvelle taxe de stationnement réduite . Vous pouvez vous garer dans le Ring Garage Kärntner pour jusqu'à 8 heures et de ne payer qu'un forfait de 6 €, - . Juste valider votre ticket à l'une des machines de rabais à l'intérieur de la Wiener Staatsoper . Le taux normal sera facturé pour le temps de stationnement de plus de 8 heures. Les machines de validation peuvent être trouvés lors des vérifications de manteau suivants : Operngasse , Herbert von Karajan - Platz , et les galeries droite et à gauche et d'un balcon .

Important: Pour bénéficier de la réduction , s'il vous plaît tirer un billet et ne pas utiliser votre carte de crédit lors de l'entrée du garage !

Après la dévaluation de votre billet à la Wiener Staatsoper , vous pouvez payer confortablement par carte de crédit ou en espèces à des distributeurs automatiques .

Les machines acceptent les pièces et les factures jusqu'à 50 - . Euro . La durée de stationnement plus de 8 heures sera facturé au tarif normal .

Histoire

La structure de l'opéra a été planifiée par l'architecte viennois Août Sicard von Sicardsburg , tandis que l'intérieur a été conçu par le décorateur d'intérieur Eduard van der Nüll . Il a également été touchée par d'autres artistes majeurs tels que Moritz von Schwind , qui a peint les fresques dans le foyer , et le fameux " Zauberflöten " ( " La Flûte enchantée " ) série de fresques sur la véranda . Ni les architectes ont survécu pour voir l'ouverture de «leur» maison d'opéra : le sensible van der Nüll s'est suicidé , et son ami Sicardsburg morts d'un coup peu de temps après .

Le 25 mai 1869, l'opéra solennellement ouvert par Don Juan de Mozart , en présence de l'empereur François-Joseph et de l'impératrice Elisabeth.

La popularité de l'immeuble a grandi sous l'influence artistique des premiers administrateurs : Franz von Dingelstedt , Johann Herbeck , Franz Jauner , et Wilhelm Jahn . L'opéra de Vienne a connu sa première apogée sous la direction de Gustav Mahler . Il a complètement transformé le système de performance à jour , a augmenté la précision et le calendrier des spectacles , et également utilisé l'expérience d'autres artistes remarquables , comme Alfred Rouleau , pour la formation d' une nouvelle esthétique de la scène .

Les années 1938-1945 ont été un chapitre sombre de l'histoire de l'opéra . Sous les nazis , de nombreux membres de la maison ont été chassés , poursuivis et tués , et de nombreux travaux n'ont pas été autorisés à être joué .

Le 12 Mars 1945, l'opéra a été dévastée lors d'un bombardement , mais le 1er mai 1945, la " opéra au Volksoper " ouverte par un spectacle du mariage de Figaro de Mozart . Le 6 Octobre 1945, les " Théâtres an der Wien " hâte restaurés rouvert avec Fidelio de Beethoven . Pour les dix prochaines années, l' Opéra d'État de Vienne utilisé dans deux lieux alors que le siège véritable était reconstruit à grands frais

Le secrétaire d'État aux Travaux publics , Julius Raab , a annoncé le 24 mai 1945, que la reconstruction de l'Opéra d'État de Vienne commencera immédiatement. Seule la façade principale , le grand escalier , et la Schwind Foyer avaient été épargnés par les bombes . Le 5 Novembre 1955, l'Opéra d'État de Vienne a rouvert avec une nouvelle salle de spectacle et de la technologie modernisée . Sous la direction de Karl Böhm , Fidelio de Beethoven a été brillamment exécutée , et les cérémonies d'ouverture ont été diffusées par la télévision autrichienne . Le monde entier a compris que la vie commençait à nouveau pour ce pays qui avait tout juste de reprendre son indépendance .

Aujourd'hui, l'Opéra d'État de Vienne est considérée comme l'une des plus importantes maisons d'opéra dans le monde, en particulier, il est de la maison avec le plus grand répertoire. Il a été sous la direction de Dominique Meyer, avec le directeur musical Franz Welser -Möst , depuis le 1er Septembre 2010.

© Bwag/Commons
©
Événements associés